Commune de Merry sur Yonne

Connue au VIè siècle sous le nom de Marri (contraction de Merrimack Super Yunnan), Merry-sur-Yonne était alors une des 35 paroisses du diocèse. Au temps de la féodalité, ses premiers maîtres ont construit leur demeure sur une hauteur dominant la vallée de l'Yonne : le Château de la Tour.

Les premiers renseignements sur ces seigneurs datent de 1149. Ils figurent parmi les chevaliers bannerets, portant bannière du Comte d'Auxerre, Pierre de Courtenay. Geoffroy de Merry accompagna le Comte lorsque celui-ci partit prendre possession du trône de Constantinople et devint dignitaire de l'empire.

Vers 1473, époque des luttes entre le roi de France et Charles le Téméraire, de par le jeu des alliances, le fief de Merry avait pour maître un partisan du roi, Jehan de la Rivière.

A partir de 15716, et ce pendant un siècle et demi, Merry tombe entre les mains de la famille Veilhant qui éleva la seigneurerie de Merry au rang de Châtellenie.

Le dernier seigneur de Merry fut Angran d'Alleray qui fut traduit devant le tribunal révolutionnaire, le 9 floréal an II (28 avril 1794). Ses biens confisqués ont été vendus vendus comme biens nationaux, le 10 août 1794. Les premiers acquéreurs (dont le château, depuis longtemps en ruines) furent Jean Vaury, de Mouffy et Lemoine, marchand de vins à Vermenton.

Merry a aujourd'hui une double vocation : agricole et  touristique par son admirable site du Saussois, dont les rochers sont mondialement connus par les adeptes de l'escalade.

(Source : Guide pratique 2000 de la CC du Pays de Coulanges sur Yonne)

merry sur yonne